Telegram WhatsApp Signal Messenger
Blog

Télémigration : le nouveau phénomène de délocalisation post-Covid

15 octobre 2021

« Cette semaine, je télétravaille. » Si la pandémie de coronavirus a bouleversé le quotidien de chacun d’entre nous, elle a considérablement changé la vie de la majorité des salariés. Les entreprises qui permettent à leur personnel de travailler depuis chez eux sont de plus en plus séduites par cette nouvelle organisation, constatant qu’elle agit même positivement sur la productivité de leurs employés. Mais que se passe-t-il quand ces mêmes entreprises comprennent que, peu importe le nombre de kilomètres, ce qui est réalisé à distance peut l’être à l’autre bout du monde ? L’arrivée de la télémigration, accélérée par le recours croissant au télétravail, bouleverse déjà l’économie et le marché de l’emploi international. Décryptage de cette révolution qui fascine autant qu’elle inquiète les analystes du monde entier.

Comment se définit la télémigration ?

Le terme a été créé en 2019 par Richard Baldwin, professeur d’économie internationale à Genève, dans son essai « The Globotics Upheaval: Globalisation, Robotics and the Future of Work ». L’économiste y relate l’impact de la mondialisation et des avancées technologiques sur les employés et travailleurs. Evoquant une mondialisation 4.0, il définit la télémigration comme des personnes appartenant à une nation, et travaillant dans les bureaux d’une autre. Il est sans surprise que cette nouvelle ère que nous traversons aujourd’hui a largement été accélérée par la crise sanitaire et l’expansion du télétravail, couplées aux outils de visioconférence et à la traduction automatique de plus en plus performante.

Comment la télémigration perturbe-t-elle le marché de l’emploi mondial ?

La télémigration est-elle si avantageuse pour les entreprises ? Les incitations financières et fiscales ne sont pas négligeables, au point que l’on pourrait se demander pourquoi cette nouvelle forme de délocalisation ne s’est pas répandue plus tôt dans nos pays. En effet, puisqu’il n’est plus nécessaire de contraindre ses salariés à se rendre au bureau, pourquoi ne pas délocaliser ces postes à l’étranger et ainsi faire des économies substantielles (locaux, cantine, etc.) ? En transférant un poste dans un pays à la main d’œuvre dix à vingt, voire parfois trente fois moins coûteuse, l’entreprise économise déjà en coût de main d’œuvre et de productivité. Si l’on considére qu’en moyenne près de 37% postes sont télétravaillables en Europe, cela change rapidement la donne.

Le travail à distance est désormais acquit au sein de la plupart des entreprises et il est même devenu chez certaines un argument RH. Les employeurs sont moins méfiants, recruter à l’étranger devient quasiment une pratique banalisée. La délocalisation des emplois fait peur mais elle n’est plus aussi taboue qu’autrefois, et tant mieux si elle est virtuelle !

Le télémigrant, ce nouveau acteur sur le marché du travail

Autre point qui interpelle les économistes : le profil des télémigrants. Ils sont ingénieurs, comptables, programmeurs et architectes, soit des profils hautement qualifiés qui se retrouvent en concurrence directe avec les talents et freelances des pays émergents. Les télémigrants en 2021 sont capables de s’adapter à des emplois requérant un haut niveau d’études, voire d’occuper des postes stratégiques d’une entreprise. Les barrières linguistiques ne sont plus un frein à l’emploi, dans un monde où la traduction automatique rivalise avec la traduction humaine.

On réalise alors à quel point la frontière entre télétravail et délocalisation est mince. En délocalisant les métiers de cadres à l’étranger, on assiste aussi à des retombées plus conséquentes qu’elles n’y paraissent de prime abord. Ainsi, en prenant goût au télétravail, nombreux sont les cadres urbains qui ont préféré s’installer dans les zones rurales, plus tranquille et avec une meilleure qualité de vie. Ont-ils eu encore réellement besoin de rester dans les grandes villes ? Cette démétropolisation insuffle un nouveau dynamisme aux petites et moyennes villes que les collectivités locales attendaient avec impatience. Elle est, en somme, une façon indirecte de réduire les inégalités spatiales dans certains pays.

En conclusion

Nos sociétés et nos économies sont en pleine mutations, tant dans leur structure que dans leurs organisation. Mais cette petite révolution en marche ne devrait pas être perçue comme une menace. Elle nous ouvre vers une nouvelle manière d’appréhender la mondialisation et peut être l’opportunité pour certains secteurs et services de se rendre plus accessible et donc de créer, in fine, plus d’emplois.

Si votre emploi à distance vous permet de vivre dans le pays de votre choix à l’étranger, vous aurez certainement besoin d’une assurance santé expatrié qui vous couvrira à l’international, peu importe vos déplacements et projets de vie.

Foyer Global Health propose une couverture santé internationale à toutes les personnes qui recherchent une solution complète à l’étranger, parfaitement adaptée à leur vie nomade. Découvrez sans attendre nos offres 🙂

Recevoir mon devis

Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires